Du Bio comme on l’aime en Soissonnais…     

Nous avons rencontré Pierre Chabrol, un jeune créateur d’entreprise agricole de 33 ans, qui a la particularité d’avoir osé relever le défi de l’innovation que représente la culture 100% Bio.

« Rien ne pouvait laisser présager à l’âge de 20 ans, que l’agriculture Bio deviendrait mon métier, n’étant pas issu d’une famille d’agriculteur.».

La naissance d’une opportunité et d’une passion :

C’est en échangeant avec son voisin agriculteur et ami de sa famille que l’idée d’entreprendre dans la culture Bio est arrivée. « C’est en travaillant avec lui que j’ai tout appris. Il m’a fait confiance, m’a accompagné et conseillé. Il m’a appris la vraie vie : ramasser les œufs, les radis, les ballots de paille… ».
Il s’est formé à la culture Bio et obtient son brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole avec une spécificité en maraichage.

En 2012 son voisin et ami lui suggère le transfert de son activité maraîchère et lui propose la location de ses terres sous forme d’un bail de fermage agricole.

En route vers le Bio :
Pierre Chabrol crée alors son entreprise et commence son travail sur 1,5 Hectare.
Son mode de production et de transformation sera respectueux de l’environnement, de la biodiversité et apportera des solutions face au changement climatique.
Aujourd’hui la moitié de sa surface est couverte, l’autre est en plein air.
L’agriculture bio du sol et hors sol permet de contrôler et réguler les insectes, les mauvaises herbes et les champignons. Il lui faut entretenir trois serres avec régulation de l’arrosage avec des gouttelettes très fines et de la température. Il Utilise du fumier de cheval et aucun engrais ou autres produits chimiques.

2014, il obtient le « Prix Talents 2014 » de la création d’entreprise, en catégorie « dynamiques rurales ».

 

Image article Chabrol Pierre

3 serres avec régulation de l’arrosage

Une commercialisation solidaire :
A partir de ses fruits et de ses légumes difficilement commercialisables en raison de leur forme ou de leur couleur mais parfaitement consommables, il crée des produits afin de valoriser les excédents de production. Des recettes originales avec des betteraves, du chou, des courges, des oignons, sous forme de soupes par exemples. Des confits d’échalotes, des haricots de Soissons pour l’apéritif ou encore des tartinades.
Pour arriver au « zéro gaspillage », Pierre Chabrol effectue des dons à des associations caritatives via un réseau de glanage afin d’aider les personnes en grandes difficultés.
Il est partenaire de l’ABP (Agence Bio de Picardie), de l’association Vie&Paysages et de la fédération des AMAP de Picardie (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne).
Ses circuits de distribution sont directs, à sa production à Nampteuil-sous-Muret, mais aussi chez Biocoop et à l’AMAP de Soissons « Bouillon de culture ».
Il est membre associé de cet AMAP soissonnaise qui est passée de 10 adhérents à plus de 100 en une année. C’est dire que la satisfaction est au rendez-vous.
« C’est à l’EJC de Soissons (Espace Jeunesse et Culture), près du centre culturel, que nous nous rencontrons tous les mercredis à partir de 18 heures. C’est un temps fort d’échanges entre adhérents, de propositions, d’explications et bien sûr de remise des paniers de fruits et légumes que les familles ont réservé.».

Entreprendre dans l’agriculture sans connaître l’isolement et vivre de son travail en étant au service des citoyens et de leur santé ?
Pierre Chabrol prouve que c’est possible.